Salle de cérémonie pour toutes les convictions

Article de La Nouvelle Gazette (Centre) du 20/04/2016

<span name=cutline_content dam:org_class=paragraph displayname=cutline_content dam:orgTag=cci:cutline_content><p dam:orgTag=cci:p>la salle communale d’Estinnes, le lieu propice pour de telles cérémonies<span xmlns:ccix=http://www.ccieurope.com/xmlns/ccimlextensions value=134 dam:orgTag=ccix:command></span>? </p></span><p dam:orgTag=cci:p><span name=cutline_credit_c dam:org_class=character displayname=LEGENDE_CREDIT dam:orgTag=cci:cutline_credit_c>GoogleMaps</span></p>Dans la commune et dans la région, les enterrements dits « civils », c’est-à-dire sans passage à l’église, se célèbrent en général directement dans le cimetière. Un dernier « au revoir » souvent perturbé et, par conséquent annulé, par les intempéries…

Pour remédier à ce problème, la commune d’Estinnes a imaginé de mettre à disposition un lieu de rassemblement pour des cérémonies inter-convictionnelles et multiphilosophiques pour les habitants de la commune, voire au-delà si nécessaire. « Je pense qu’il ne faudrait pas se limiter à nos frontières. Il n’existe pas de telles salles à proximité, » enchaîne Alexandre Jaupart, conseiller communal à l’origine du débat du jour.

Ce n’est en effet pas la première fois que le sujet est abordé dans la salle du conseil communal. Le groupe Génération Pluraliste avait inscrit cette proposition dans son programme électoral, comme le rappel l’élu Giuseppe Vitellaro.

Reste que l’idée séduit à l’unanimité les membres du conseil communal, à condition de régler certains détails.

Prix à revoir

Le collège proposait en effet d’installer cette salle dans les locaux de la Salle Communale déjà existante d’Estinnes-au-Val, accessible notamment pour les PMR, et ce, moyennant une location de 150€.

Si ce prix est estimé à partir d’autres projets wallons, l’opposition estime qu’il est trop important pour une cérémonie d’une demi-heure en moyenne.

Autre discussion : la salle communale étant régulièrement louée pour des événements, sa disponibilité n’est pas garantie à tout moment.

Le collège devra donc revenir sur ces questions et reproposer au conseil une nouvelle version du règlement. D’autant qu’une telle salle demanderait un certain investissement de la commune, notamment en matière de sonorisation de la salle et de personnel (qui viendrait installer la salle avant l’arrivée des personnes endeuillées).

L’éventualité d’une seconde salle communale dans un autre village a également été abordée.

Suite au prochain épisode (ou conseil), donc…

Quand les agriculteurs soufflent un peu

Depuis 15 ans cette année, une tradition perdure dans le petit village de Vellereille-le-Sec. En l’honneur de Saint-Eloi, patron des agriculteurs, ces derniers sont invités à une rencontre apéritivement citoyenne précédée d’une messe chantée. «Lorsque j’ai été élu au Conseil Communal il y a 15 ans, j’ai lancé cet événement» commente André Anthoine, échevin de l’Agriculture et résident du village. «Avant, on passait de ferme en ferme pour fêter la Saint-Eloi et on a même organisé quelques soupers. On préfère aujourd’hui se rassembler autour d’un apéritif, ce qui permet un regain de convivialité.»

Pour la première fois, les agriculteurs des autres villages de l’entité étaient également conviés.

«On a fait cela pour marquer le coup de la quinzième édition», commente Alexandre Jaupart, conseiller communal. «Étant donné que, d’une part, cette période est relativement creuse pour la plupart des agriculteurs et que, d’autre part, l’organisation d’une messe de Saint-Eloi est de plus en plus rare, nous avons pensé à nous étendre aux autres villages, ce qui, en outre, favorise le dynamisme de l’événement.»

Un moment pour se retrouver

Natif du village, le toujours très actif Herman Degueildre, 66 ans, peut témoigner de l’importance de ce genre d’événement.

«On peut ainsi se retrouver dans la convivialité. C’est important pour un petit village de 200 habitants comme le nôtre, d’avoir un lieu, un moment où l’on peut se retrouver.» Et André Anthoine de conclure avec enthousiasme: «Avec une soixantaine de participants, nous sommes satisfaits de l’engouement créé par cette matinée en l’honneur de Saint-Eloi et il n’y a aucune raison de penser qu’elle n’aura pas lieu l’année prochaine.»

Thomas Donfut